Saint-PetersburgCouvert-7°C
$ЦБ:73,97ЦБ:89,33OPEC:54,68

L’UNESCO a souligné le rôle de la Russie dans la réduction de l’écart scientifique et technologique entre les états

Горный университет
Фото © Форпост Северо-Запад /

Ils sont convaincus que la réalisation des objectifs de développement durable est impossible sans un échange actif d'informations sur les résultats de la recherche scientifique. Et les droits d'accès public à ces données pour les scientifiques du monde entier.

Le jeudi 24 septembre 2020 s'est tenue une conférence en ligne sur les recommandations de l'UNESCO en matière de science ouverte, à laquelle ont participé 125 représentants de l'organisation d'Europe de l'est. Du côté russe, dans le cadre de la table ronde, le recteur de l'Université des Mines de Saint-Pétersbourg, Vladimir Litvinenko, a souligné l'attention du public sur la diversité des problèmes auxquels l'humanité est confrontée et la nécessité d'une participation plus active des chercheurs à leur résolution.

Le forum a été inauguré par la directrice générale adjointe de l'UNESCO pour les sciences naturelles, Shamila Nair-Bedouel. Elle a noté que le fossé technologique existant entre les États constituait un obstacle majeur à la durabilité. Particulièrement importante, vous pouvez appeler le retard de l'Afrique, où, dans de nombreuses régions, même pas d'internet, et donc pas de l'élémentaire de conditions pour la mise en œuvre de l'innovation et de la numérisation.

Le projet de recommandations de l'ONU dans le domaine de la science ouverte, dont l'adoption est prévue pour l'année prochaine, vise à changer la situation. Il sera précédé d'une série de consultations visant à définir des principes et des valeurs communs qui motiveraient la communauté scientifique internationale à être plus ouverte.

Наир-Бедуэль
Фото © Форпост Северо-Запад /

«Au milieu d'une pandémie, nous voyons des scientifiques montrer de la solidarité, échanger des informations sur le virus, sur la façon d'arrêter sa propagation. L'accès à la base factuelle est donc très important», a souligné Mme Nair - Bedouel.

Elle a appelé l’accès de tous aux progrès scientifiques sur un pied d’égalité à l’un des principaux défis auxquels l’UNESCO était confrontée. Après tout, ce n'est que de cette manière que la biodiversité peut être préservée, que l'impact sur les écosystèmes peut être minimisé et que d'autres défis actuels peuvent être relevés. Un doctorat en sciences biologiques de l'Université du Cap a Cité les centres Internationaux de compétences sous les auspices de l'UNESCO comme des outils essentiels qui devraient contribuer à changer l'image du monde. L'un d'eux a été ouvert il y a deux ans à Saint-Pétersbourg, sur la base de l'Université des Mines.

"Aujourd'hui, le professeur Litvinenko participe à notre réunion, qui s'occupe de la Promotion des compétences internationales sur tout le continent, partage avec nous les connaissances dans le domaine de l'éducation minière. Je tiens à vous remercier d'avoir pris part à ce travail extrêmement important», a lancé Shamila Nair - Bedouel à la rectrice de l'Université de Saint-Pétersbourg.

Vladimir Litvinenko, recteur de l’université des mines de Saint-Pétersbourg, a rappelé que c'est la science qui permet à notre société de progresser, et à l'avenir son rôle ne fera qu'augmenter. Des problèmes tels que l'effet de serre, l'état de la couche d'ozone et bien d'autres doivent être résolus par les scientifiques, et à un niveau interdisciplinaire.

Литвиненко
Фото © Форпост Северо-Запад /

«Aujourd'hui, plus d'un milliard de personnes dans le monde n'ont pas accès à l'électricité, principalement en Afrique et en Asie. Environ deux milliards et demi ont la capacité d'allumer la lumière des maisons grâce au charbon. Nous devons comprendre comment assurer une transition énergétique de qualité tout en permettant à chacun de notre planète de profiter des bienfaits élémentaires de la civilisation. Pour répondre clairement à cette question et à d’autres, il est nécessaire de créer plusieurs groupes d’experts au niveau international sur la base de l’UNESCO. Ils pourraient se spécialiser dans une direction particulière, publier leurs conclusions dans des sources ouvertes et contribuer ainsi à l'élaboration d'une position consolidée sur les problèmes les plus urgents de la modernité», a proposé Litvinenko.

Il a présenté aux participants les opinions des étudiants et des étudiants diplômés du monde entier sur la mission du scientifique, ainsi que les intérêts scientifiques des jeunes chercheurs. Par exemple, Daniel Díaz, de Cuba, a dit aux représentants de l’UNESCO qu’il s’intéressait à l’amélioration de l’efficacité énergétique.

«C'est très important, car la population Mondiale ne cesse de croître et nous avons besoin de plus en plus d'énergie», a déclaré Diaz.

Горный университет
Фото © Форпост Северо-Запад /

Cofie Kablan Yves Bertrand, de la Côte d'Ivoire, a pour sa part qualifié d ' «essentiel pour relever les défis mondiaux» les expériences en laboratoire et les interactions interdisciplinaires.

Peggy OTI-Boateng, directrice de la division de la politique scientifique et de l'innovation de l'UNESCO, est revenue sur le thème de la pandémie et a déclaré que c'était le coronavirus qui «nous rappelait que de nombreux problèmes ne pouvaient être traités seuls». Par conséquent, le projet de recommandations dans le domaine de la science ouverte est aujourd'hui plus pertinent que jamais.

Боатенг
Фото © Форпост Северо-Запад /

Mme Boateng a indiqué que les commentaires de toutes les parties intéressées par ce document étaient acceptés jusqu'en janvier de l'année prochaine. Le texte sera modifié d & apos; ici à avril et sera soumis à un nouvel examen par les experts. Il est prévu de l'adopter définitivement lors de la prochaine 41e conférence générale de l'UNESCO.

Notez que dans le cadre de la réunion en ligne, trois discussions ont eu lieu sur la science ouverte du point de vue de la politique, la science elle-même, ainsi que son interaction avec la société. À la fin du dialogue, les délégués ont été informés des principaux messages adoptés lors de réunions similaires avec des représentants d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord.