Saint-PetersburgClair-8°C
$ЦБ:74,06ЦБ:83,81OPEC:71,63

À Saint-Pétersbourg a été donné le coup d’envoi du mouvement étudiant international, prônant la paix

Голос студентов
© Форпост Северо-Запад

De nombreux jeunes d’autres villes et pays ont déjà appuyé l’appel lancé aux politiciens de tous les pays pour qu’ils passent de l’affrontement au règlement diplomatique des conflits.

Le mercredi 17 novembre, le conseil des étudiants de l'Université des mines de Saint-Pétersbourg a lancé l'initiative de la création du mouvement international apolitique «la Voix des étudiants». Il plaide pour un règlement pacifique des différends interétatiques, la diplomatie et la formation d'un environnement de confiance, qui, dans ces dernières années, de plus en plus souvent remplacé par l'escalade de la mutuelle d'hostilité.

Le moment de cette étape n'a pas été choisi par hasard. Ce jour-là, en 1939, les fascistes ont arrêté plus de 1200 jeunes militants tchèques pour avoir participé à des manifestations contre le nazisme. Beaucoup d'entre eux ont été exécutés en prison, les autres envoyés dans des camps de concentration. Deux ans plus tard, cette date a commencé à être célébrée comme Une journée de solidarité internationale des étudiants.

Голос студентов
© Форпост Северо-Запад

«Nous sommes convaincus qu'aujourd'hui, plus que jamais, nous devons restaurer l'importance de cette date. Et en faire un point de départ pour le rétablissement des principes d'unité et de solidarité, à partir desquels la communauté mondiale s'éloigne de plus en plus, explique Ildar Fazylov, doctorant de l'Université des mines Saint - Pétersbourg. – Un peu plus et nous serons au bord de la guerre n'est plus froid, mais tout à fait réel. Compte tenu de l'énorme Arsenal atomique accumulé par l'humanité, cela peut entraîner des conséquences imprévisibles auxquelles on ne veut même pas penser. Nous entendons souvent dire que "le monde appartient aux jeunes". Mais entendons-nous souvent la voix des jeunes? Pas du tout, pour nous, tout est décidé par les «leaders mondiaux», qui ne sont pas toujours guidés par les principes de l'humanisation de la société.»

Il a également noté que l'initiative n'est pas dirigée contre certains politiciens spécifiques. Les jeunes s'opposent à la politique de la guerre en général, ainsi qu'à la myopie de ces fonctionnaires et députés qui mettent l'accent non pas sur le travail sur le développement, mais sur des principes complètement différents, incompréhensibles pour personne, dictés, avant tout, par la soif de profit.

Голос студентов
© Форпост Северо-Запад

Le projet a été présenté dans le hall des congrès de la SFI «Mountain», où plus de 2 000 étudiants et étudiants diplômés de l'Université sont venus. Parmi eux, il y avait non seulement des russes, mais aussi des étrangers, dont beaucoup ont pris l'idée très à cœur. Par exemple, Abodiab Ali de Syrie, en montant sur la scène, a commencé par dire que son pays «dispose à la fois des ressources, du climat et de toutes les possibilités pour un avenir riche». Mais «la guerre, le terrorisme, la crise économique et les sanctions ont détruit toutes les perspectives».

«Le salaire moyen que nous avons – 30 dollars par mois, beaucoup d'enfants ne savent pas ce qu'est l'école, parce que sont nés sur le territoire, qui est contrôlé par les terroristes. Selon les statistiques de l'ONU, près de 2,5 millions de syriens ne reçoivent aucune éducation. Et plus de 90% vivent sous le seuil de pauvreté. Personne n'en a besoin et je ne le souhaite à personne», a déclaré Abodiab Ali.

Son homologue du Liban, Salameh Ali, a comparé son état à un terrain de football sur lequel jouent les «grands de ce monde». Mais pas les libanais eux-mêmes. C'est parce que «le gouvernement comprend des partis qui représentent les intérêts d'autres puissances et non de leur peuple».

Голос студентов
© Форпост Северо-Запад

«Auparavant, il y avait 15 libanais à l'Université des mines, et maintenant nous ne sommes plus que trois. Les autres n'ont tout simplement pas eu le temps d'échanger de l'argent et de partir pour Saint-Pétersbourg. Parce qu'à un moment «merveilleux», tous les fonds qui se trouvaient dans nos banques sont devenus inaccessibles. Et le Dollar a augmenté de 20 fois. Pour beaucoup de familles, cela a été un véritable choc, ils n'ont pas pu se remettre de ce coup», a raconté Salameh Ali.

Ali Abdul Baki Murtaza, de l'Afghanistan, estime que le pouvoir dans son pays est «des gens qui connaissent bien les questions religieuses, mais bien pire – en politique». De nombreux résidents, en particulier les jeunes, partent à l'étranger pour cette raison «parce qu'ils veulent aller de l'avant, se développer et apprendre». Et cela, bien sûr, ne profite pas au développement économique.

Голос студентов
© Форпост Северо-Запад

«Les salaires sont souvent donnés non pas avec de l'argent, mais avec des produits, par exemple, le blé, les importations et les exportations sont tombées presque à zéro. Dans les banques, vous pouvez ramasser un maximum de 400 $ par mois. Les filles n'apprennent pas du tout, mais les jeunes ne trouvent pas non plus de compréhension lorsqu'ils disent qu'ils veulent apprendre», a déclaré Ali Abdul Baki Murtaza à propos de la situation dans son pays.

Tous ces exemples, selon les étudiants, sont dus à une raison commune: le manque de compréhension entre les politiciens de différents États et leur réticence à écouter l'opinion publique, même dans leur propre pays. Sans parler des autres. C'est pourquoi le conseil des étudiants de l'Université des mines a appelé les participants, ainsi que les représentants d'autres universités russes et étrangères, à se joindre au nouveau mouvement social qui vise à changer la situation.

Голос студентов
© Форпост Северо-Запад

«Notre Université accueille des étudiants de plus de 100 pays. Un monde insalubre et divisé menace tout ce en quoi nous croyons et ce que nous avons décidé de consacrer notre vie... nous avons le pouvoir non seulement de parler, mais aussi de faire. Et nous avons le droit de prendre des décisions, car dans l'avenir qui est construit aujourd'hui, c'est à nous de vivre. Rejoignez-nous! La voix des étudiants compte", indique la déclaration adoptée à l'issue de l'Assemblée.

Ses participants, qui ont pu s'entretenir après la fin de la réunion, ont qualifié l'idée de créer un mouvement international apolitique de «bon et bon», «visant à la positivité et à la formation de relations publiques d'un type différent de celui d'aujourd'hui». Selon eux, «notre monde a désespérément besoin de ce type d'initiatives», et donc «en dehors de l'approbation, ils ne peuvent causer d'autres émotions».

Les étudiants d'autres universités Russes membres du consortium des universités «Nedra»ont déjà déclaré leur volonté de rejoindre le mouvement. Comme l'institut pétrolier Almetyevsky, l'Université technique pétrolière Grozny du nom de l'académicien Millionshchikov, le MGRI du nom de Sergo Ordzhonikidze, l'Université technique aéronautique d'Ufa et plusieurs autres.

Le texte de la résolution finale a été traduit dans les cinq langues du monde et envoyé aux associations de jeunes des établissements d'enseignement supérieur étrangers qui sont partenaires des mines. Parmi eux, l'Académie des Mines de Freiberg, l'Université technique de Munich, l'Université des Mines de Leoben, l'Université Chinoise des Mines et de la technologie, entre autres. Le nombre total de participants À la voix des étudiants devrait atteindre 2,5 millions dans le monde.

Голос студентов
© Форпост Северо-Запад